Logo EHESS

baobab
Base de données des enseignements et séminaires de l'EHESS

  • Accueil
  • 2018-2019
  • Enseignements
  • Surdité et langue des signes : analyseurs politiques, philosophiques et sociolinguistiques. 13. Formes de contestation et politiques de réparation

Surdité et langue des signes : analyseurs politiques, philosophiques et sociolinguistiques. 13. Formes de contestation et politiques de réparation

  • Andrea Benvenuto, maîtresse de conférences de l'EHESS ( IMM-CEMS, PHS )

    Cet enseignant est référent pour cette UE

S'il s'agit de l'enseignement principal d'un enseignant, le nom de celui-ci est indiqué en gras.

1er et 3e lundis du mois de 19 h à 21 h (salle 8, 105 bd Raspail 75006 Paris), du 19 novembre 2018 au 3 juin 2019

Cette année, le séminaire poursuivra l’étude des formes de contestation des politiques de réparation des corps qui remettent en question in fine l’hétérogénéité des normes de vie. Depuis le XIXe siècle, certaines pratiques médicales et pédagogiques visent à réparer ce qu’ils considèrent comme une défaillance, la surdité. Réparer les corps des sourds dans ses dimensions aussi bien linguistiques que physiques, pour « reprendre le chemin de la normalité », est le leitmotiv qui, depuis presque deux siècles, guide le développement des techniques et des interventions médicales et pédagogiques. C’est depuis lors que diverses formes de contestation s’y sont opposées. Au congrès international d’éducation des sourds tenu à Paris en 1900, Meissonnier, directeur de l’Institution des Sourds-Muets d’Avignon, interpelle ses collègues en leurs disant « élevez le sourd-muet par une méthode appropriée à son intelligence et vous n’aurez pas d’anormal. C’est donc dans la méthode d’enseignement à l’usage des sourds-muets que nous devons rechercher la cause des anomalies nombreuses ». Au delà des discussions des méthodes, l’intérêt de ce positionnement est dans sa radicalité : l’anormalité n’a pas de causes endogènes. Ce n’est pas le corps du sourd qu’il faudrait réparer, mais leur éducation. Or, plus de cents ans après, avec un cadre législatif national et international contraignant l’État au respect du choix des modes de communication, le parcours scolaires des jeunes sourds ayant choisi la langue des signes comme langue d’enseignement est de plus en plus limité voir inexistant dans un grand partie du territoire national. Si la réparation des corps dans une visée normative est fermement contestée par une partie de la population concernée, l’exigence de réparation au tort subi par ces mêmes personnes dès lors qu’ils n’ont plus accès à l’éducation ou qu’elles doivent subir des implantations cochléaires sans avoir eu le choix de le faire, questionne les significations et les usages que les différents acteurs mobilisent autour de la réparation. Le séminaire de cette année poursuivra l’étude des formes de réparation, qu’elles soient le résultat des dispositifs institutionnels (médicaux ou éducatifs) ou qu’elles proviennent des démarches individuelles ou collectives de contestation.

Aires culturelles : Europe, France,

Suivi et validation pour le master : Bi/mensuel annuel (24 h = 6 ECTS)

Mentions & spécialités :

Domaine de l'affiche : Philosophie et épistémologie

Intitulés généraux :

  • Andrea Benvenuto- Les sourds dans la cité. Langue des signes, subjectivation et citoyenneté
  • Renseignements :

    adresse de contact : andrea.benvenuto(at)ehess.fr. Message visuel (skype) : andrea.benvenuto.ehess.

    Direction de travaux d'étudiants :

    sur rendez-vous uniquement.

    Réception :

    sur rendez-vous par courriel.

    Niveau requis :

    pas de requis.

    Adresse(s) électronique(s) de contact : andrea.benvenuto(at)ehess.fr

    Dernière modification de cette fiche par le service des enseignements (sg12@ehess.fr) : 25 juillet 2018.

    Contact : service des enseignements ✉ sg12@ehess.fr ☎ 01 49 54 23 17 ou 01 49 54 23 28
    Réalisation : Direction des Systèmes d'Information
    [Accès réservé]