Logo EHESS

baobab
Base de données des enseignements et séminaires de l'EHESS

Problèmes de la démocratie en Amérique latine (1978-2019)

  • Gilles Bataillon, directeur d'études de l'EHESS ( CESPRA )

    Cet enseignant est référent pour cette UE

S'il s'agit de l'enseignement principal d'un enseignant, le nom de celui-ci est indiqué en gras.

Mardi de 17 h à 19 h (salle M. & D. Lombard, 96 bd Raspail 75006 Paris), du 6 novembre 2018 au 4 juin 2019. Séances supplémentaires le 7 décembre (de 13 h à 15 h, salle 8, 105 bd Raspail 75006 Paris) et le 22 février (de 11 h à 13 h, salle M. & D. Lombard, 96 bd Raspail 75006 Paris). La séance du 19 mars est avancée au 18 mars (de 9 h à 11 h, salle 8, 105 bd Raspail) la séance du 26 mars est reportée au 29 mars (de 15 h à 17 h, salle 7, 105 bd Raspail)

Voilà plus d’une trentaine d’années que la plupart des pays d’Amérique latine ont fait l’expérience de l’arrivée au pouvoir de gouvernements élus démocratiquement. Nul doute que toutes ces expériences témoignent non seulement d’un rapport neuf à la politique mais aux questions sociales, ethniques, culturelles ou religieuses. Le conflit des opinions est reconnu comme légitime. Le pouvoir est devenu ce que Claude Lefort a nommé « un lieu vide », un espace qu’aucun parti, aucune classe sociale, ou groupe ethnique ou genre ne peut désormais plus s’approprier. Les contre-pouvoirs se multiplient. L’alternance n’est pas seulement désirée, elle est possible. Des partis et des groupes sociaux naguère tenus à distance et considérés comme « barbares » accèdent au pouvoir. La thématique de l’égalité entre les classes, les groupes ethniques, les genres, les classes d’âge, les religions, les pratiques culturelles a connu non seulement un regain de faveur mais prend des formes radicalement neuves. Parallèlement à ces mutations, se font jour depuis le début du XXIe siècle des processus de mise en cause de la démocratie. Ce sont tout à la fois une recrudescence des formes de la violence prosaïque et de multiples formes de corruptions alimentées par l’essor du narcotrafic et la reprimarisation des économies. C’est aussi l’essor de nouvelles formes de tyrannies qui se revendiquent aussi bien du populisme que de formes de nostalgies de l’autoritarisme militaire.

On se propose d’explorer ces mutations contradictoires et de tenter d’en dresser un tableau général. Pour ce faire on mobilisera différents travaux d’enseignants chercheurs, anthropologues, historiens, géographes, sociologues, ou politistes dont on discutera les travaux les plus récents ou qui viendront les discuter et les présenter au cours de ce séminaire.

Suivi et validation pour le master : Hebdomadaire annuel (48 h = 2 x 6 ECTS)

Mentions & spécialités :

Domaine de l'affiche : Sociologie

Intitulés généraux :

  • Gilles Bataillon- Sociologie et histoire des formes du politique en Amérique latine, XIXe-XXIe siècle
  • Direction de travaux d'étudiants :

    sur rendez-vous.

    Réception :

    sur rendez-vous.

    Niveau requis :

    une connaissance a minima de l'espagnol est nécessaire pour suivre ce séminaire car certaines séances se dérouleront en espagnol.

    Adresse(s) électronique(s) de contact : gilles.bataillon(at)ehess.fr, delphine.lacombe(at)cnrs.fr, ben_moallic(at)yahoo.fr, irene.pochetti(at)gmail.com, sylvain.souchaud(at)gmail.com

    Dernière modification de cette fiche par le service des enseignements (sg12@ehess.fr) : 13 mars 2019.

    Contact : service des enseignements ✉ sg12@ehess.fr ☎ 01 49 54 23 17 ou 01 49 54 23 28
    Réalisation : Direction des Systèmes d'Information
    [Accès réservé]