Logo EHESS

baobab
Base de données des enseignements et séminaires de l'EHESS

Circulations internationales et (sorties de) Guerre froide

  • Ioana Cîrstocea, chargée de recherche au CNRS (TH) ( CESSP )

    Cet enseignant est référent pour cette UE

  • Ioana Popa, chargée de recherche au CNRS ( Hors EHESS )

S'il s'agit de l'enseignement principal d'un enseignant, le nom de celui-ci est indiqué en gras.

2e mercredi du mois de 10 h à 13 h (salle A06_51, 54 bd Raspail 75006 Paris), du 14 novembre 2018 au 12 juin 2019. Séance supplémentaire le 15 mai 2019 (de 15 h à 18 h, salle A05_51)

La prise en compte des processus circulatoires à la fois comme objet d’étude et comme prisme analytique compte parmi les acquis du renouveau historiographique en cours sur la Guerre froide, définie de manière conventionnelle comme un état des relations internationales caractérisé par l’antagonisme entre deux superpuissances (États-Unis/URSS), la confrontation entre les systèmes capitaliste et socialiste, la séparation quasi-hermétique des camps qui s’en revendiquaient. Dans le prolongement d’une première édition organisée en 2017-2018, ce séminaire entend examiner l’apport de cette perspective de recherche à la compréhension de la Guerre froide, du cadre d’action et de représentations qu’elle offre aux acteurs, des asymétries et multipolarités éventuelles qui la caractérisent, sans négliger les limites méthodologiques et conceptuelles de cette perspective. Seront notamment privilégiées des enquêtes interrogeant la construction d’espaces sociaux transnationaux créés autour d’organisations internationales, de rencontres militantes, de programmes d’échanges économiques, culturels et scientifiques. D’autres entrées heuristiques possibles porteront sur des flux (d’idées, d’objets, de personnes, de pratiques, de modèles institutionnels) ainsi que sur des intermédiaires aux parcours biographiques internationalisés et des « lieux carrefour » (institutions, événements internationaux). La géographie de ces circulations ne se limitera pas à la prise en compte des dynamiques « Est-Ouest » mais inclura également celles « Est-Est », « Nord-Sud » ou « Sud-Sud ». Enfin, il s’agira également d’interroger le rôle joué par les processus circulatoires dans le réagencement, la redéfinition et le délitement de l’état des structures caractérisant le contexte international ciblé ici et in fine, dans les sorties de Guerre froide. Si elles sont concrètement entraînées par la chute proprement dite des régimes communistes, elles sont aussi « présumées » ou « inachevées » lors des conjonctures dites de « détente » redéfinissant provisoirement cet état. Ce faisant, le séminaire ambitionne à connecter ces thématiques à des questions habituellement distinctes, portant sur des processus de démocratisation, de libéralisation économique et de globalisation post-Guerre froide. Il entend aussi s’appuyer sur l’analyse, par-delà les sorties de guerre froide, des inerties des acteurs, de leurs pratiques et de leurs représentations, ou encore, de la genèse, à cette époque précisément, de réseaux, principes, modèles d’action, voire de « mots d’ordre » institutionnalisés, légitimés et qui circulent pendant la décennie 1990 à un niveau construit d’emblée comme « global ». C’est dès lors à un examen critique des césures politiques qu’invite également ce séminaire.

Pendant l’année 2018-2019 le séminaire bénéficie du soutien matériel du GDR « Connaissance de l’Europe médiane » (CNRS) et du Centre européen de sociologie et de science politique (CESSP, CNRS-EHESS-Université Paris Panthéon Sorbonne).

Programme :

14 novembre 2018 : Séance introductive - Cadrages théoriques et méthodologiques : considérations à partir de deux enquêtes

  • Ioana Popa (CNRS, ISP) : « Une sociologie des processus circulatoires en contexte de guerre froide. Construction et résultats d’une enquête sur les circuits de traduction par-delà le rideau de fer »
  • Ioana Cîrstocea (CNRS, CESSP), « Enquêter sur les constructions transnationales du genre en contexte de démocratisation (Europe de l’Est, 1990-2000) »

12 décembre 2018 : Approches en matière de lutte contre le communisme de Guerre froide et circulations internationales des pratiques : renseignement, guerre psychologique, action paramilitaire

  • François David (Université Lyon 3), « L’institution de la CIA au crible de l’exceptionnalisme américain »
  • Elie Tanenbaum (IFRI) « Une communauté à part : la circulation des savoirs subversifs en Occident (1945-1975) »

9 janvier 2019 : Vecteurs de construction d’un internationalisme communiste : organisations et socialisations transnationales

  • Brigitte Studer (Université de Berne), « Les fonctionnaires du Komintern : travailler pour la révolution à Moscou et ailleurs dans le monde »
  • Simon Godard (Science Po Grenoble), « La dépolitisation de l'action économique internationale, entre mise en avant de l'internationalisme prolétarien et technicisation des enjeux »

13 février 2019 : Représentations de la Guerre froide et du Rideau de fer

  • Fanny Le Bonhomme (Université de Poitiers) – « La Guerre froide "vue d'en bas" et "vue de la marge". Expériences et représentations de patient·e·s d'une clinique psychiatrique » (Berlin-Est, RDA, années 1960) »
  • Corine Defrance (CNRS, UMR-8138-SIRICE), « Représentations du Mur de Berlin » (titre à confirmer)

13 mars 2019 :

  • Veronika Durin-Hornyik (Université Paris Est-Marne La Vallée), « Collège de l’Europe libre : une opération de guerre psychologique américaine contre le bloc soviétique, menée en France entre 1951-1958 »
  • Anne-Marie Corbin (professeur émérite de l'Université de Rouen),  « Le Congress for Cultural Freedom et son message vers les intellectuels du bloc soviétique dans les années 1950 »           

10 avril 2019 : Science et politique en contexte de Guerre froide. Relations scientifiques entre la France et les deux « blocs »

  • Laurence Roche-Nye (Sorbonne Université, Labex EHNE – Civilisation matérielle), « Coopération franco-soviétique et circulations intellectuelles en sciences de l’espace (1966-1988) »
  • Deniz Uztopal (docteur en histoire), « Les scientifiques communistes français et la science soviétique (1945-1960) »

15 mai 2019 (NB : horaire et salle modifiés : de 15 h à 18 h, salle A05-51) : Mobilisations transnationales autour des droits des femmes

  • Ophélie Rillon (CNRS, LAM) et Tatiana Smirnova (CESSMA, Université Paris Diderot), « Trente ans de coopération éducative entre les organisations "féministes'' du Mali et d’URSS (1961-1991) »
  • Ioana Cîrstocea (CNRS, CESSP), « Sociologie politique de la fabrique trans-locale du consensus : le ‘féminisme global’ (1975-1995), une géopolitique des droits des femmes »

12 juin 2019 : Programmation en cours

Aires culturelles : Transnational/transfrontières,

Suivi et validation pour le master : Mensuel annuel/bimensuel semestriel (8x3 h = 24 h = 6 ECTS)

Mentions & spécialités :

Domaine de l'affiche : Histoire - Histoire - Problèmes généraux

Intitulés généraux :

Renseignements :

par courriel.

Direction de travaux d'étudiants :

sur rendez-vous.

Réception :

sur rendez-vous.

Niveau requis :

master.

Adresse(s) électronique(s) de contact : ioana.cirstocea(at)ehess.fr, ioana.popa(at)cnrs.fr

Dernière modification de cette fiche par le service des enseignements (sg12@ehess.fr) : 4 février 2019.

Contact : service des enseignements ✉ sg12@ehess.fr ☎ 01 49 54 23 17 ou 01 49 54 23 28
Réalisation : Direction des Systèmes d'Information
[Accès réservé]