Logo EHESS

baobab
Base de données des enseignements et séminaires de l'EHESS

Frontières et enfermements dans les mondes arabes et musulmans : incorporations, affects et vécus

  • Stéphanie Latte Abdallah, chargée de recherche au CNRS ( Hors EHESS )

    Cet enseignant est référent pour cette UE

  • Amin Moghadam, Associate Research Scholar, Princeton, Sharmin and Bijan Mossavar-Rahmani Center for Iran and Persian Gulf Studies ( Hors EHESS )
  • Hélène Thiollet, chargée de recherche au CNRS ( Hors EHESS )

S'il s'agit de l'enseignement principal d'un enseignant, le nom de celui-ci est indiqué en gras.

Jeudi de 14 h à 17 h (IISMM, salle des étudiants, 1er étage, 96 bd Raspail 75006 Paris), les 15 novembre, 6 et 20 décembre 2018, 21 février, 21 mars, 18 avril, 16 mai, et 20 juin 2019

Ce séminaire entend questionner conjointement les frontières et les enfermements contemporains dans les mondes arabes et musulmans. Qu’il s’agisse de la détention ou de la prison, des espaces de rétention dits frontaliers ou type camps, ou encore du confinement hospitalier, et des différents lieux de ségrégation spatiale, dans les villes par exemple, le séminaire explorera, à travers des recherches toujours empiriquement ancrées, des objets variés dans un espace géographique large du Maghreb à l’Inde du Nord incluant la diversité des sociétés arabes et des communautés musulmanes dans le monde. Cette acception large de l’espace de compétence des – mondes arabes et musulmans – permet d’aborder une région par ses marges internes et externes (boundaries et borders). On peut ainsi penser l’objet central de ce séminaire comme l’ensemble des modalités de fragmentation fine et de circulations discrètes qui font vivre à l’échelle individuelle et collective les frontières territoriales, sociales et carcérales.

Il s’agira ainsi d’une part de mettre en lien le champ du carcéral et du pénal, largement sous-étudié dans cette région, avec celui des frontières, des migrations, de la citoyenneté et de l’ethnicité lui plus intensément documenté. On le sait, loin de démarquer, les espaces frontières comme les séparations entre dedans-dehors dans les contexte d’enfermement carcéral produisent des interactions ambigües : zones de contact et de friction, d’échanges et de séparation, de définition et d’hybridation des identités et ce, malgré le postulat d’hétérogénéité radicale des différentes populations qui les pratiquent, les détenus et les surveillants, les malades et les soignants, les étrangers et les citoyens, les réfugiés et les travailleurs sociaux ou les « humanitaires », les membres de différentes communautés, de différents quartiers au sein d’espaces urbains et ruraux.

D’autre part, plutôt que les États et les identités politiques, c’est sur les pratiques quotidiennes, la matérialité des contextes et des interactions sociales que se concentrera le séminaire. Il s’attachera essentiellement à décrire et analyser les vécus, les ressentis et les perceptions des frontières et des enfermements qui les inscrivent tout à la fois dans des rapports complexes de pouvoir, de domination, d’émancipation et de lien social ou affectif : à la manière dont ils sont incarnés, et ainsi aux corps, aux objets et aux affects. Pour ce faire, l’approche du séminaire est interdisciplinaire et travaille à l’intersection entre histoire contemporaine, sciences sociales et travaux artistiques et cinématographiques. 

Il sera enfin question de réfléchir aux vécus, à la circulation de pratiques et de normes d’abord à une échelle régionale, tout en s’appuyant sur les travaux les plus récents sur ces questions à l’échelle globale.

15 novembre : Introduction du séminaire (Stéphanie Latte Abdallah, Hélène Thiollet). Séance thématique : Passage, frontières, traversées

  • Marie Lasserre (doctorante EHESS, artiste), Passages genrés des Sénégalais.e.s à la frontière Marocaine
  • Véronique Bontemps (chargée de recherche CNRS-IRIS), « ‘Il suffit de passer le pont’ : étudier le passage du pont Allenby »

6 décembre : Migrations et zones de rétention

  • Ali Ben Saad (Professeur, Paris 8), Refouler, réprimer et enfermer en Libye et au Maghreb
  • Julien Brachet (chargé de recherche, IRD), S’enfermer, se faire enfermer : expériences de voyageurs à travers le Sahara nigérien
  • Samuel Gratacap (photographe), Présentation de travaux sur les enfermements (Libye)

20 décembre : Migrations, objets de mémoire et de consommation

  • Laure Assaf (Assistant Professor, NYU Abu dhabi University), Objets de mémoire : ville intime et consommations cosmopolites aux Emirats arabes unis
  • Amin Moghadam (Associate Research Scholar, Princeton University), Art et consommation : objets de la culture matérielle des diasporas iraniennes

Jeudi 21 février : Incarcération, rétention et affects

  • Pauline Brücker (doctorante CERI & CEDEJ), Shira Havkin (post-doctorante CNRS-CERSA), La politique de détention/expulsion en action : affects, mobilisations et trajectoires depuis le centre de rétention de Holot, Israël
  • Kamel Regaya (réalisateur, enseignant-chercheur, Les Yeux de l’Ouie), Politique et « poiesis » des affects. Processus de création artistique à la prison de Mahdia (Tunisie)

Jeudi 21 mars : Frontières mortelles/Rétention des corps

  • Carolina Kobelinsky (chargée de recherche CNRS/LESC), Traitement des corps et formes d’attachement aux morts à la frontière au sud de l’Europe (Maroc)
  • Stéphanie Latte Abdallah (Chargée de recherche CNRS/CERI), Cimetières des nombres et corps mobiles : Des morts détenus / en guerre (Israël/Palestine)

 Jeudi 18 avril 2019 : Sexe, amour, mariage et migrations

  •  Salima Amari (enseignante à l'Université de Lausanne- Cresppa/GTM), « L'homosexualité dans un contexte (post)migratoire : entre raison et sentiments »
  • Nicola Mai (Professor of Sociology and Migration Studies, Kingston University London), « Assembling Samira: understanding sex-gendered humanitarian border through ethnofiction » avec la projection de son film Samira, 27’, 2013

Jeudi 16 mai 2019 : Espaces mentaux, psychisme et enfermements

  • Orkideh Behrouzan (Assistant Professor, SOAS University of London), « Psychiatry and Generational Memory in Iran »
  • Camille Lancelevée (post-doctorante, CSO-SciencesPo), « Souffrir et se soigner à l'ombre. La santé mentale en prison en France du point de vue des personnes détenues »

Jeudi 20 juin 2019 : Lieux de passage : contrôle, autonomie et (auto-)régulation publics et intimes des espaces de la migration et de l’asile

  • Céline Cantat (Marie Curie Fellow, Central European University), « Espaces d'accueil informels et auto-organisés en Grèce, Serbie, et Hongrie »
  •  Ann-Christin Wagner (doctorante, University of Edinburgh), « Exils et immobilité : espaces urbains et foyers syriens en Jordanie »

Suivi et validation pour le master : Bi/mensuel annuel (24 h = 6 ECTS)

Mentions & spécialités :

Renseignements :

contacts : Stéphanie Latte Abdallah ou Hélène Thiollet par courriel.

Réception :

contacts : Stéphanie Latte Abdallah ou Hélène Thiollet par courriel.

Niveau requis :

séminaire ouvert à partir du master.

Adresse(s) électronique(s) de contact : stephanielatteabdallah(at)gmail.com, helene.thiollet(at)sciencespo.fr

Dernière modification de cette fiche par le service des enseignements (sg12@ehess.fr) : 7 décembre 2018.

Contact : service des enseignements ✉ sg12@ehess.fr ☎ 01 49 54 23 17 ou 01 49 54 23 28
Réalisation : Direction des Systèmes d'Information
[Accès réservé]