Logo EHESS

baobab
Base de données des enseignements et séminaires de l'EHESS

La raison ou les dieux : philosophie et théurgie, IIIe-VIe siècle. 5

  • Pierre Bouretz, directeur d'études de l'EHESS ( CéSor )

    Cet enseignant est référent pour cette UE

S'il s'agit de l'enseignement principal d'un enseignant, le nom de celui-ci est indiqué en gras.

Mardi de 17 h à 19 h (salle 5, 105 bd Raspail 75006 Paris), du 8 janvier 2019 au 25 juin 2019

Le séminaire poursuivra cette année pour peut-être la conduire à son terme une enquête sur un conflit apparu dans la génération des successeurs de Plotin et qui traverserait la fin de l’Antiquité philosophique, aux alentours de la fermeture de l’école d’Athènes par Justinien en 529. Encore peu étudié, il concerne ce que l’un des protagonistes nommait la « voie qui mène au bonheur » et oppose des auteurs qui pensent que celle-ci est purement spéculative à d’autres estimant que sont nécessaires des actions avec et sur les dieux capturées dans le mot « théurgie ». Ce conflit que l’on nomme donc « théurgico-philosophique » a été ouvert par la Lettre à Anébon l’Égyptien de Porphyre et la Réponse à Porphyre de Jamblique, longtemps connue sous le titre éloquent mais un peu trompeur de De mysteriis. On a déjà montré qu’il ne peut pas être compris comme une expression parmi d’autres d’un antagonisme supposé entre le rationalisme grec et une religiosité venue d’ailleurs qui aurait rongé une culture en quelque sorte lassée d’elle-même, puis provoqué un tournant « théologique » de la philosophie. Il est en réalité interne au monde des philosophes platoniciens et concerne des chemins différents vers un but commun. On repartira cette année d’une analyse de l’art d’écrire d’un Porphyre polémiste qui avait déjà ferraillé contre les gnostiques aux côtés de Plotin et de façon plus solitaire contre les chrétiens en général. La compréhension de la forme de la Lettre et celle de son idée directrice étant étroitement solidaires, on pourra se focaliser sur la seconde, à partir d’une hypothèse concernant la nature des relations entre les hommes et les dieux. C’est à partir d’elle que l’on pourra chercher à reconstruire un texte en morceaux arrachés à des témoins aux intérêts multiples et partiellement contradictoires. Elle servira aussi à sélectionner les dossiers philosophiques mis en jeu. Car sous couvert d’une fiction égyptienne qui ne devrait plus tromper, c’est bien une discussion entre deux philosophes qui se déploie. Une généalogie de ses principaux objets incitera à remonter jusqu’à Platon et même au-delà. Puis il faudra toujours descendre vers Proclus et Damascius, ce dernier affirmant lui-même qu’un conflit autour de la théurgie avait traversé les siècles entre l’époque de Plotin et la sienne. À travers la compréhension de celui-ci, on espère éclairer un peu l’un des mystères les plus tenaces de l’Antiquité tardive, celui du rapport à la fois théorique et pragmatique de philosophes anciens à des dieux qui n’étaient pas encore « antiques ».

Suivi et validation pour le master : Hebdomadaire annuel (48 h = 2 x 6 ECTS)

Mentions & spécialités :

Domaine de l'affiche : Philosophie et épistémologie

Intitulés généraux :

  • Pierre Bouretz- Religions et sociétés
  • Renseignements :

    par courriel.

    Direction de travaux d'étudiants :

    mercredi et jeudi après-midi, EHESS, Bureau B 03_14, 54 bd Raspail 75006 Paris, sur rendez-vous par courriel.

    Réception :

    sur rendez-vous par courriel.

    Niveau requis :

    projet écrit + entretien.

    Adresse(s) électronique(s) de contact : bouretz(at)ehess.fr

    Dernière modification de cette fiche par le service des enseignements (sg12@ehess.fr) : 25 juillet 2018.

    Contact : service des enseignements ✉ sg12@ehess.fr ☎ 01 49 54 23 17 ou 01 49 54 23 28
    Réalisation : Direction des Systèmes d'Information
    [Accès réservé]