Logo EHESS

baobab
Base de données des enseignements et séminaires de l'EHESS

La curiosité des Lumières

  • Antoine Lilti, directeur d'études de l'EHESS ( CRH-GEHM )

    Cet enseignant est référent pour cette UE

  • Silvia Sebastiani, maîtresse de conférences de l'EHESS ( CRH )

S'il s'agit de l'enseignement principal d'un enseignant, le nom de celui-ci est indiqué en gras.

2e et 4e vendredis du mois de 11 h à 13 h (salle AS1_23, 54 bd Raspail 75006 Paris), du 9 novembre 2018 au 14 juin 2019

Le séminaire de cette année portera sur une notion centrale de la culture des Lumières : la curiosité. Pour Hans Blumenberg, la valorisation de la curiosité intellectuelle est un élément essentiel qui fonde la légitimité des temps modernes et la dynamique des Lumières. Les historiens des sciences, en revanche, ont pointé les critiques de plus en plus fortes adressées à la curiosité, associée au merveilleux et au singulier, par les savants des Lumières, au nom d’un savoir systématique et utile. Enfin, avec le développement des spectacles urbains, des coffee houses, des journaux et de la publicité, une troisième forme de curiosité émerge : elle désigne l’attention publique, parfois jugée excessive, à l’égard de l’actualité.

Ainsi, deux significations du terme curiosité rivalisent tout au long du XVIIIe siècle : l’une moralement et épistémologiquement sûre, liée à la pratique de l’observation ; l’autre ambiguë car associée avec la fascination pour le prodige, l’exotisme, l’étrange, l’illicite même, ce qui pourrait menacer les systèmes de connaissances existants. Toutes deux invitent à inscrire l’analyse de la curiosité au cœur des dynamiques impériales qui en ont multiplié les objets, à travers les voyages d’exploration et la diversification des circuits commerciaux et esclavagistes à l’échelle du monde. C’est ce qui conduit un nombre croissant de recherches à interroger plus systématiquement les rapports entre curiosité et impérialismes européens, entre curiosité publique et investigation de la nature.

Cette ambivalence de la curiosité, désir légitime de connaissances partagé par le plus grand nombre ou intérêt pathologique suscité par les médias, est au cœur de nombreux débats dans différentes sphères de la culture des Lumières. Elle fera l’objet d’une réflexion historiographique, lors des premières séances du séminaire, puis d’études de cas dans la seconde partie.

Suivi et validation pour le master : Bi/mensuel annuel (24 h = 6 ECTS)

Mentions & spécialités :

Domaine de l'affiche : Histoire - Histoire et civilisations de l'Europe

Intitulés généraux :

  • Antoine Lilti- Histoire et historicité des Lumières
  • Silvia Sebastiani- L’Atlantique des Lumières. Race, genre, histoire
  • Direction de travaux d'étudiants :

    sur présentation d'un projet de recherche.

    Réception :

    sur rendez-vous.

    Niveau requis :

    ouvert à tous les étudiants et chercheurs.

    Adresse(s) électronique(s) de contact : antoine.lilti(at)ehess.fr, silvia.sebastiani(at)ehess.fr

    Dernière modification de cette fiche par le service des enseignements (sg12@ehess.fr) : 25 juillet 2018.

    Contact : service des enseignements ✉ sg12@ehess.fr ☎ 01 49 54 23 17 ou 01 49 54 23 28
    Réalisation : Direction des Systèmes d'Information
    [Accès réservé]